Publié le 23 septembre 2019

Denis Tison : “Dès que j’apprends un truc, j’ai envie de le partager, c’est plus fort que moi !”

Denis Tison est scénariste pour la télévision depuis de nombreuses années. Désormais formateur et créateur de résidences d’écriture, il animera le 26 octobre prochain une masterclasse d’écriture sur la thématique “Comment écrire son premier scénario ?”

Denis Tison - atelier écriture de scénarios

Frédéric Bayle – www.fb-photographe-mariage.com/

Comment es-tu arrivé à l’écriture de scénario ?

Ado, je faisais beaucoup de photos, mais je trouvais cela trop statique pour certaines idées. Comme j’adorais le cinéma, je me suis mis à écrire des bouts d’histoire, souvent fantastiques. Puis j’ai arrêté quand j’ai fait mes études de commerce. Une amie de l’école m’a fait entrer dans sa troupe de théâtre, et cette envie de personnages et d’histoire est revenue. Je pensais surtout à l’écriture littéraire, mais je sentais que je manquais de technique. Alors j’ai suivi un week-end les ateliers Elisabeth Bing pour y voir plus clair, et ils m’ont conseillé de me tourner vers l’écriture de scénario. J’ai donc fait deux ans d’ateliers d’écriture de scénario en cours du soir à la Mairie de Paris, et je suis entré au  CEEA (Conservatoire Européen d’Ecriture Audiovisuel) pour devenir scénariste.

Pourquoi écris-tu des scénarios ?

Pour les voir en image ! Je crois que cette envie ne m’a jamais quitté. Pour moi, c’est indissociable. Les images que je vois dans la tête, j’ai envie de les voir à l’écran. Et puis, surtout, il y a cette envie très fortement ancrée en moi, de transmettre. Que ce soit un message, une idée, une émotion, l’écriture et l’image sont de supers vecteurs de transmission. Sinon, ça ne sert à rien de faire des images pour des images, ou d’aligner des mots vides de sens.

Qu’est ce qui fait un bon scénario selon toi ?

Question difficile s’il en est ! Pour moi, c’est un équilibre entre le fond et la forme, entre la technique scénaristique et le point de vue de l’auteur. La forme soit être au service du fond et de l’émotion, pas l’inverse.

Quel est ton meilleur souvenir d’écriture ?

Difficile de choisir, j’en ai plusieurs ! Le jour où j’ai vendu mon premier scénario, forcément, ça marque. Ce n’était qu’un épisode de 13 minute sur une série d’animation, et je ne suis pas allé au bout du processus. Le créateur a terminé les dialogues, car on était trop court en temps, mais j’étais quand même super content !

Et puis, le jour où, devant mon écran, il fallait que je ponde un pitch de long métrage en deux jours et que j’ai commencé à écrire n’importe quoi … et que c’était top ! Ce jour-là, j’ai remis le plaisir d’écrire au centre de ma pratique !

Pourquoi participes-tu aux Ateliers du Delta en tant qu’intervenant ?

C’est une continuité pour moi, de transmettre ce que j’ai pu apprendre, même s’il me reste aussi encore du chemin à parcourir. Mais dès que j’apprends un truc, j’ai envie de le partager, c’est plus fort que moi !

Quel principal conseil pourrais-tu donner à un scénariste qui démarre ?

Travailler encore et encore son univers propre pour garder sa fraîcheur de point de vue, le plaisir d’écrire et développer sa technique. Ainsi, on peut répondre aux propositions tout en restant soi-même, ce qui n’est pas toujours facile, car il y a souvent beaucoup de concessions à faire. C’est un vrai métier qui demande du savoir-faire et beaucoup de techniques !

Découvrez sa masterclasse “Comment écrire son premier scénario ?” et inscrivez-vous dès maintenant.

Retrouvez également toutes les masterclasses et ateliers d’écriture de scénarios ici.